12
09/2022
AUTHOR
Audrey Ruffaut
IDEAS

Lieux hybrides et tourisme, un maillage nécessaire

Read IN FRENCH

Mixité d’usages, lieux hybrides, tiers-lieux… Ces concepts peuvent sembler nébuleux et pourtant le secteur touristique aurait beaucoup à gagner en s’y intéressant un peu plus.

Tiers-lieux et lieux hybrides : de quoi parle-t-on ?

Le concept de tiers-lieux (third place an anglais) a été progressivement adopté il y a une dizaine d’années pour désigner des espaces de rencontres et de pratiques qui favorisent l’hybridation. Puisqu’ « un tiers-lieu ne se définit pas par ce qu’il est, mais par ce qu’on y fait », il existe autant de définitions que de lieux. France Tiers-Lieux présente cependant les 5 éléments qui les caractérisent :

  • Des lieux ancrés dans leur territoire qui naissent d’une volonté d’entreprendre localement et regroupent une diversité d’acteurs locaux.
  • Des lieux d’expérimentation, de création et d’innovation dédiés à la pratique. Ce sont des espaces sont évolutifs et adaptables.
  • Des lieux de coopération et de contribution où les usagers  sont impliqués dans le projet, l’animent et le font évoluer.
  • Des lieux hybrides dans lesquels on retrouve des activités économiques et d’utilité sociale. Les modèles économiques et de gouvernance sont également hybrides.
  • Des lieux ouverts et conviviaux qui ils privilégient l’accueil et facilitent les rencontres. Ce sont des créateurs de liens sociaux.

L’hybridation des usages et des publics est donc l’une des caractéristiques d’un tiers-lieu, mais tous les lieux hybrides ne sont pas des tiers-lieux. Le concept de lieux hybrides est donc plus inclusif que celui de tiers-lieux.

Quels liens entre lieux hybrides et tourisme ?

Dans le cadre de la « Photographie des tiers-lieux » réalisée par la Coopérative Tiers-Lieux en 2016, 32% des tiers-lieux déclarent recevoir des touristes ou vacanciers et 56% accueillent des travailleurs nomades.

Les prochains exemples permettent de comprendre comment le phénomène de lieux hybrides participe à la dynamique touristique d’un territoire.

1. L’hybridation des lieux pour répondre aux besoins de la clientèle

En tourisme, le concept d’hybridation ne date pas d’hier et est devenu un moyen de valoriser de nouvelles expériences (ex. : glamping) et de s’adapter aux évolutions du comportement des clientèles (ex. : workation, staycation, bleisure).  

Le modèle le plus répandu en termes d’hybridation des lieux en tourisme est sans aucun doute le lien entre l’hébergement et la restauration puisque de nombreux établissements d’hébergement proposent également un service de restauration. Mais de nouveaux modèles émergent, offrant des services ouverts à tous·tes et accessibles à la population locale.

Evi Hob : l’hôtellerie rurale

Evi Hob, en France, a créé trois « hob » en milieu rural avec la mission de revitaliser les territoires par une nouvelle offre touristique et de loisirs : produits locaux au restaurant, bar à bières locales, soirées thématiques, concerts et expositions d’artistes locaux, événements ponctuels, etc. Avec son concept, Evi Hob cible autant la clientèle touristique que locale et professionnelle.

2. L’hybridation des lieux pour répondre aux besoins de la communauté – L’exemple du mix tourisme et recherche scientifique

La Station Uapishka située au pied des monts Groulx, au cœur de la Réserve de biodiversité Uapishka est un autre modèle de lieu hybride inspirant. Cette entreprise en cogestion a été formée par le Conseil des Innus de Pessamit et la Réserve mondiale de la biosphère Manicouagan-Uapishka (RMBMU). Elle jumèle une mission d’acquisition de connaissances scientifiques à une vocation écotouristique. Le lieu offre des services d’hébergement, de restauration et d’activités de plein air, de même qu’un soutien logistique associé aux activités scientifiques. Elle accueille ainsi plusieurs types de clientèles(université affiliée, étudiant, instance gouvernementale, etc.).

La station Uapishka, véritable lieu d'immersion et de transmission de la culture et des valeurs innues est également un lieu de recherche scientifique.

3. Les tiers-lieux, acteurs de l’offre touristique d’un territoire

Pour beaucoup de tiers lieux, l’hébergement et la restauration constituent une manière de générer des revenus autonomes. Ils participent alors à l’offre touristique locale.

Ainsi, les Ateliers Jean-Moulin à Plouhinec accueillent les grands groupes et pallient ainsi le manque de capacité d’accueil dans les établissements hôteliers dans la région. Des travailleurs saisonniers sont aussi hébergés sur place.

La Maison Glaz, l’hébergement au cœur du modèle d’affaires

Présentation des espaces de la Maison Glaz

Située sur la presqu’île de Gâvres, en Bretagne sur un ancien site militaire, la Maison Glaz est née d’une volonté de revitalisation du milieu rural. Ce tiers lieu militant se veut un endroit de sensibilisation et de réflexion sur la transition écologique et les changements climatiques. On y retrouve un espace de travail partagé, de l’hébergement pour les groupes et on peut y assister à des ateliers, conférences et concerts. Son modèle économique repose sur l’accueil de la clientèle MICE (séminaires, groupes, etc.)  et la location pour l’événementiel. Avec 12 000 visiteurs annuels, la Maison Glaze peut garder plusieurs employé·es à temps plein toute l’année et attire un « tourisme militant ».

4. Les tiers lieux, des outils de mise en valeur du patrimoine

Avec des vocations environnementales et sociales, de nombreux tiers lieux sont nés de projets d’occupation temporaire de l’espace (terrains en friche) ou de réhabilitation du patrimoine historique et/ou industriel.  Les exemples sont nombreux, comme le Village au Pied-du-Courant à Montréal, La Recyclerie à Paris (ancienne gare) ou encore la Cité internationale de la langue Française qui va voir le jour au Château de Villers-Cotterêts. Ces lieux sont alors l’occasion de redécouvrir le patrimoine matériel et immatériel d’un territoire.

Maison Mère : un exemple inspirant au Québec

Source : Maison Mère

À Baie-Saint-Paul, l’organisme Maison Mère fait figure d’exemple en matière de réhabilitation du patrimoine et de lieux hybrides. Cet OBNL a pour mandat la gestion du complexe patrimonial de l’ancien couvent. Sa vocation ? « Faire de l’ancien couvent des Petites Franciscaines de Marie, le cœur de l’innovation durable à Baie-Saint-Paul ». Aujourd’hui, le complexe est occupé par différentes entreprises innovantes et regroupe de nombreux services :

  • Location d’espaces commerciaux pour les entreprises et associations, location de salles (travail, événement culturel ou corporatif);
  • Un espace de travail partagé favorisant l’entrepreneuriat;
  • Un parcours muséal avec des expositions et l’interprétation qui permet de découvrir l’histoire du lieu et qui s’inscrit dans une perspective de tourisme durable;
  • Un service d’hébergement alternatif offert aux travailleurs, étudiants et stagiaires dans une optique d’attraction et rétention de la main-d’œuvre. Cet hébergement a notamment permis d’accueillir des étudiants de la première cohorte du programme AEC Guide en tourisme d’aventure et écotourisme en collaboration avec Formation continue Charlevoix.
« Maison Mère demeure un partenaire précieux pour l’industrie touristique en vertu de son parcours muséal et de la nature des activités de certains de ses occupants, dont, notamment, l’Auberge des Balcons, le Mousse Café et Cuisine & Cinéma. »

Maison mère va bientôt accueillir l’Espace bleu de Charlevoix dans le cadre du projet gouvernemental des Espaces bleus, un réseau de lieux culturels et patrimoniaux ayant pour but de préserver le patrimoine bâti tout en contribuant à la vitalité économique, culturelle et touristique du Québec.

5. L’hybridation des lieux d’accueil pour animer le territoire

« Souvent l’Office de tourisme de Guéret nous renvoie des gens qui sont plutôt en recherche de lien social, qui veulent connaître les événements culturels ou qui veulent découvrir autre chose ». La Quincaillerie, tiers lieu à Guéret

Aujourd’hui, il existe un réel potentiel de diversifier les usages dans les lieux d’accueil touristiques. En France, de nombreux offices de tourisme œuvrent à devenir des animateurs de territoire et à tisser plus de liens entre visiteurs et résidents. Sans pouvoir être qualifiés de tiers-lieux pour autant, certains offices de tourisme repensent leurs espaces et leurs services (ex. : ludothèque, bibliothèque, musée numérique, espace de travail partagé, parc à vélos, etc.). Je vous réfère à ce sujet à cet article de Jean-Luc Boulin paru sur etourisme.info en avril dernier. Il illustre à travers trois exemples concrets comment les offices de tourisme en France se sont ouverts aux habitants.

L'office de tourisme Cœur d'Ostrevent propose une boutique, un restaurant, un service de location de vélos, des espaces de travail partagés et de réunion et même un jeu d'évasion. Source : Office de tourisme de Coeur d'Ostrevent

Une solution pour un développement touristique et territorial plus durable

À travers ces nombreux exemples inspirants illustrent que la mixité des usages, des lieux et des publics apparaît comme une solution pour développer plus durablement nos territoires. Toujours pas convaincu·e·s ? Voici une liste non exhaustive des bénéfices des lieux hybrides :

  • Répondent aux besoins de la communauté locale (territoire, résidents, entreprises, association) et d’une nouvelle clientèle touristique à la recherche de lieux authentiques et de rencontres;
  • Sont plus résilients, car ce sont souvent des lieux avec plusieurs statuts et sources de financement. Le modèle d’affaires classique est de louer des espaces multi-usages à des associations, entreprises en lancement, etc.
  • L’hybridation des usages et usagers offre l’opportunité de contrer la saisonnalité et de créer des emplois annuels;
  • Maximisent les partenariats avec les acteurs locaux et favorisent l’acceptabilité sociale du tourisme;
  • Participent au développement de l’entrepreneuriat.

Alors qu’est-ce qu’on attend ?

Encore timides au Canada, les tiers lieux sont très courants en France. Si aujourd’hui, la France compte plus de 3000 TL, soutenus par les pouvoirs publics et regroupés en réseau, c’est parce que l’État a reconnu la valeur sociale des tiers-lieux et leur valeur en tant que laboratoire d’innovations.

Par essence, un tiers lieu ne peut pas être imposé à la communauté. Ils naissent par l’action collective locale, en réponse à un besoin ou une problématique du territoire pour ensuite devenir des lieux au service de transitions sociétales plus larges (tourisme, agriculture, numérique, travail, culture, apprentissage).  

Ainsi, si on veut voir se multiplier ce type de lieux sur nos territoires, il ne tient qu’à nous d’approcher nos pouvoirs publics, de les sensibiliser à leur importance. Il ne tient qu’à nous, porteurs de projets et acteurs du tourisme, de travailler davantage en partenariat avec d’autres secteurs d’activités, d’autres acteurs en dehors du tourisme pour créer des modèles hybrides plus attractifs et résilients.

Pour aller plus loin, notre sélection d’articles sur le développement territorial et touristique :

(Re) découvrir son territoire : des initiatives inspirantes !

Consulter les résidents, un incontournable aujourd’hui !

Et aussi

La Coopérative Tiers-Lieux et la MONA (2021). Petit Précis Tiers-Lieux et Tourisme.

Sources

Rencontres Tourisme. (2022, 20 avril). Regards croisés : Tisser des liens entre habitants et voyageurs, l’opportunité des tiers-lieux [Vidéo]. YouTube.
Maison Mère (2020). Rapport annuel 2020.
Le réseau des Espaces bleus : des lieux culturels et patrimoniaux au Québec https://www.quebec.ca/culture/espace-bleu#c99168
France Tiers-Lieux. « Nos territoires en actions - Synthèse du rapport 2021 », juillet 2021.
T’as de beaux lieux. (2021, 12 octobre). La quincaillerie « Numérique », un lieu hyper connecté. [Épisode de Podcast]. Studio Ground Control
Carnet de campagne. (2022, 29 août). Maison Glaz, le tiers-lieu joyeux de la presqu’île de Gâvres. [Épisode de Podcast]. France Inter
Boulin, Jean-Luc. « Office de tourisme et habitants : la mariage heureux ? », etourisme.info, 4 avril 2022.
Lehalle, Evelyne. « Tiers-Lieux et Tourisme », Nouveau Tourisme Culturel, 2021.
Movilab. https://movilab.org/wiki/Accueil

Image à la une : La Procure, espace de cotravail à Maison Mère. Source : https://maisonmere.ca/laprocure/

Other Insights

Building Loyalty: at the heart of the customer experience

Maintaining customers over the long-term is a major challenge for small and medium-sized enterprises. So, why and how to stand out with an effective and attractive loyalty program?

READ MORE

Building a Package Deal, Step-by-Step

Do you want to promote your offerings through a package deal, but don’t know where to start? This article will show you how, from idea creation to evaluation of the results.

READ MORE

How to do a strategic watch without spending the week there

Do you feel overwhelmed by the diversity of sources to follow to stay up to date with tourism news? Follow our advice and you'll feel in control without spending too much time.

READ MORE
12
09/2022
AUTEUR
Audrey Ruffaut
ÉCLAIREZ VOS IDÉES

Lieux hybrides et tourisme, un maillage nécessaire

Read IN ENGLISH

Mixité d’usages, lieux hybrides, tiers-lieux… Ces concepts peuvent sembler nébuleux et pourtant le secteur touristique aurait beaucoup à gagner en s’y intéressant un peu plus.

Tiers-lieux et lieux hybrides : de quoi parle-t-on ?

Le concept de tiers-lieux (third place an anglais) a été progressivement adopté il y a une dizaine d’années pour désigner des espaces de rencontres et de pratiques qui favorisent l’hybridation. Puisqu’ « un tiers-lieu ne se définit pas par ce qu’il est, mais par ce qu’on y fait », il existe autant de définitions que de lieux. France Tiers-Lieux présente cependant les 5 éléments qui les caractérisent :

  • Des lieux ancrés dans leur territoire qui naissent d’une volonté d’entreprendre localement et regroupent une diversité d’acteurs locaux.
  • Des lieux d’expérimentation, de création et d’innovation dédiés à la pratique. Ce sont des espaces sont évolutifs et adaptables.
  • Des lieux de coopération et de contribution où les usagers  sont impliqués dans le projet, l’animent et le font évoluer.
  • Des lieux hybrides dans lesquels on retrouve des activités économiques et d’utilité sociale. Les modèles économiques et de gouvernance sont également hybrides.
  • Des lieux ouverts et conviviaux qui ils privilégient l’accueil et facilitent les rencontres. Ce sont des créateurs de liens sociaux.

L’hybridation des usages et des publics est donc l’une des caractéristiques d’un tiers-lieu, mais tous les lieux hybrides ne sont pas des tiers-lieux. Le concept de lieux hybrides est donc plus inclusif que celui de tiers-lieux.

Quels liens entre lieux hybrides et tourisme ?

Dans le cadre de la « Photographie des tiers-lieux » réalisée par la Coopérative Tiers-Lieux en 2016, 32% des tiers-lieux déclarent recevoir des touristes ou vacanciers et 56% accueillent des travailleurs nomades.

Les prochains exemples permettent de comprendre comment le phénomène de lieux hybrides participe à la dynamique touristique d’un territoire.

1. L’hybridation des lieux pour répondre aux besoins de la clientèle

En tourisme, le concept d’hybridation ne date pas d’hier et est devenu un moyen de valoriser de nouvelles expériences (ex. : glamping) et de s’adapter aux évolutions du comportement des clientèles (ex. : workation, staycation, bleisure).  

Le modèle le plus répandu en termes d’hybridation des lieux en tourisme est sans aucun doute le lien entre l’hébergement et la restauration puisque de nombreux établissements d’hébergement proposent également un service de restauration. Mais de nouveaux modèles émergent, offrant des services ouverts à tous·tes et accessibles à la population locale.

Evi Hob : l’hôtellerie rurale

Evi Hob, en France, a créé trois « hob » en milieu rural avec la mission de revitaliser les territoires par une nouvelle offre touristique et de loisirs : produits locaux au restaurant, bar à bières locales, soirées thématiques, concerts et expositions d’artistes locaux, événements ponctuels, etc. Avec son concept, Evi Hob cible autant la clientèle touristique que locale et professionnelle.

2. L’hybridation des lieux pour répondre aux besoins de la communauté – L’exemple du mix tourisme et recherche scientifique

La Station Uapishka située au pied des monts Groulx, au cœur de la Réserve de biodiversité Uapishka est un autre modèle de lieu hybride inspirant. Cette entreprise en cogestion a été formée par le Conseil des Innus de Pessamit et la Réserve mondiale de la biosphère Manicouagan-Uapishka (RMBMU). Elle jumèle une mission d’acquisition de connaissances scientifiques à une vocation écotouristique. Le lieu offre des services d’hébergement, de restauration et d’activités de plein air, de même qu’un soutien logistique associé aux activités scientifiques. Elle accueille ainsi plusieurs types de clientèles(université affiliée, étudiant, instance gouvernementale, etc.).

La station Uapishka, véritable lieu d'immersion et de transmission de la culture et des valeurs innues est également un lieu de recherche scientifique.

3. Les tiers-lieux, acteurs de l’offre touristique d’un territoire

Pour beaucoup de tiers lieux, l’hébergement et la restauration constituent une manière de générer des revenus autonomes. Ils participent alors à l’offre touristique locale.

Ainsi, les Ateliers Jean-Moulin à Plouhinec accueillent les grands groupes et pallient ainsi le manque de capacité d’accueil dans les établissements hôteliers dans la région. Des travailleurs saisonniers sont aussi hébergés sur place.

La Maison Glaz, l’hébergement au cœur du modèle d’affaires

Présentation des espaces de la Maison Glaz

Située sur la presqu’île de Gâvres, en Bretagne sur un ancien site militaire, la Maison Glaz est née d’une volonté de revitalisation du milieu rural. Ce tiers lieu militant se veut un endroit de sensibilisation et de réflexion sur la transition écologique et les changements climatiques. On y retrouve un espace de travail partagé, de l’hébergement pour les groupes et on peut y assister à des ateliers, conférences et concerts. Son modèle économique repose sur l’accueil de la clientèle MICE (séminaires, groupes, etc.)  et la location pour l’événementiel. Avec 12 000 visiteurs annuels, la Maison Glaze peut garder plusieurs employé·es à temps plein toute l’année et attire un « tourisme militant ».

4. Les tiers lieux, des outils de mise en valeur du patrimoine

Avec des vocations environnementales et sociales, de nombreux tiers lieux sont nés de projets d’occupation temporaire de l’espace (terrains en friche) ou de réhabilitation du patrimoine historique et/ou industriel.  Les exemples sont nombreux, comme le Village au Pied-du-Courant à Montréal, La Recyclerie à Paris (ancienne gare) ou encore la Cité internationale de la langue Française qui va voir le jour au Château de Villers-Cotterêts. Ces lieux sont alors l’occasion de redécouvrir le patrimoine matériel et immatériel d’un territoire.

Maison Mère : un exemple inspirant au Québec

Source : Maison Mère

À Baie-Saint-Paul, l’organisme Maison Mère fait figure d’exemple en matière de réhabilitation du patrimoine et de lieux hybrides. Cet OBNL a pour mandat la gestion du complexe patrimonial de l’ancien couvent. Sa vocation ? « Faire de l’ancien couvent des Petites Franciscaines de Marie, le cœur de l’innovation durable à Baie-Saint-Paul ». Aujourd’hui, le complexe est occupé par différentes entreprises innovantes et regroupe de nombreux services :

  • Location d’espaces commerciaux pour les entreprises et associations, location de salles (travail, événement culturel ou corporatif);
  • Un espace de travail partagé favorisant l’entrepreneuriat;
  • Un parcours muséal avec des expositions et l’interprétation qui permet de découvrir l’histoire du lieu et qui s’inscrit dans une perspective de tourisme durable;
  • Un service d’hébergement alternatif offert aux travailleurs, étudiants et stagiaires dans une optique d’attraction et rétention de la main-d’œuvre. Cet hébergement a notamment permis d’accueillir des étudiants de la première cohorte du programme AEC Guide en tourisme d’aventure et écotourisme en collaboration avec Formation continue Charlevoix.
« Maison Mère demeure un partenaire précieux pour l’industrie touristique en vertu de son parcours muséal et de la nature des activités de certains de ses occupants, dont, notamment, l’Auberge des Balcons, le Mousse Café et Cuisine & Cinéma. »

Maison mère va bientôt accueillir l’Espace bleu de Charlevoix dans le cadre du projet gouvernemental des Espaces bleus, un réseau de lieux culturels et patrimoniaux ayant pour but de préserver le patrimoine bâti tout en contribuant à la vitalité économique, culturelle et touristique du Québec.

5. L’hybridation des lieux d’accueil pour animer le territoire

« Souvent l’Office de tourisme de Guéret nous renvoie des gens qui sont plutôt en recherche de lien social, qui veulent connaître les événements culturels ou qui veulent découvrir autre chose ». La Quincaillerie, tiers lieu à Guéret

Aujourd’hui, il existe un réel potentiel de diversifier les usages dans les lieux d’accueil touristiques. En France, de nombreux offices de tourisme œuvrent à devenir des animateurs de territoire et à tisser plus de liens entre visiteurs et résidents. Sans pouvoir être qualifiés de tiers-lieux pour autant, certains offices de tourisme repensent leurs espaces et leurs services (ex. : ludothèque, bibliothèque, musée numérique, espace de travail partagé, parc à vélos, etc.). Je vous réfère à ce sujet à cet article de Jean-Luc Boulin paru sur etourisme.info en avril dernier. Il illustre à travers trois exemples concrets comment les offices de tourisme en France se sont ouverts aux habitants.

L'office de tourisme Cœur d'Ostrevent propose une boutique, un restaurant, un service de location de vélos, des espaces de travail partagés et de réunion et même un jeu d'évasion. Source : Office de tourisme de Coeur d'Ostrevent

Une solution pour un développement touristique et territorial plus durable

À travers ces nombreux exemples inspirants illustrent que la mixité des usages, des lieux et des publics apparaît comme une solution pour développer plus durablement nos territoires. Toujours pas convaincu·e·s ? Voici une liste non exhaustive des bénéfices des lieux hybrides :

  • Répondent aux besoins de la communauté locale (territoire, résidents, entreprises, association) et d’une nouvelle clientèle touristique à la recherche de lieux authentiques et de rencontres;
  • Sont plus résilients, car ce sont souvent des lieux avec plusieurs statuts et sources de financement. Le modèle d’affaires classique est de louer des espaces multi-usages à des associations, entreprises en lancement, etc.
  • L’hybridation des usages et usagers offre l’opportunité de contrer la saisonnalité et de créer des emplois annuels;
  • Maximisent les partenariats avec les acteurs locaux et favorisent l’acceptabilité sociale du tourisme;
  • Participent au développement de l’entrepreneuriat.

Alors qu’est-ce qu’on attend ?

Encore timides au Canada, les tiers lieux sont très courants en France. Si aujourd’hui, la France compte plus de 3000 TL, soutenus par les pouvoirs publics et regroupés en réseau, c’est parce que l’État a reconnu la valeur sociale des tiers-lieux et leur valeur en tant que laboratoire d’innovations.

Par essence, un tiers lieu ne peut pas être imposé à la communauté. Ils naissent par l’action collective locale, en réponse à un besoin ou une problématique du territoire pour ensuite devenir des lieux au service de transitions sociétales plus larges (tourisme, agriculture, numérique, travail, culture, apprentissage).  

Ainsi, si on veut voir se multiplier ce type de lieux sur nos territoires, il ne tient qu’à nous d’approcher nos pouvoirs publics, de les sensibiliser à leur importance. Il ne tient qu’à nous, porteurs de projets et acteurs du tourisme, de travailler davantage en partenariat avec d’autres secteurs d’activités, d’autres acteurs en dehors du tourisme pour créer des modèles hybrides plus attractifs et résilients.

Pour aller plus loin, notre sélection d’articles sur le développement territorial et touristique :

(Re) découvrir son territoire : des initiatives inspirantes !

Consulter les résidents, un incontournable aujourd’hui !

Et aussi

La Coopérative Tiers-Lieux et la MONA (2021). Petit Précis Tiers-Lieux et Tourisme.

Sources

Rencontres Tourisme. (2022, 20 avril). Regards croisés : Tisser des liens entre habitants et voyageurs, l’opportunité des tiers-lieux [Vidéo]. YouTube.
Maison Mère (2020). Rapport annuel 2020.
Le réseau des Espaces bleus : des lieux culturels et patrimoniaux au Québec https://www.quebec.ca/culture/espace-bleu#c99168
France Tiers-Lieux. « Nos territoires en actions - Synthèse du rapport 2021 », juillet 2021.
T’as de beaux lieux. (2021, 12 octobre). La quincaillerie « Numérique », un lieu hyper connecté. [Épisode de Podcast]. Studio Ground Control
Carnet de campagne. (2022, 29 août). Maison Glaz, le tiers-lieu joyeux de la presqu’île de Gâvres. [Épisode de Podcast]. France Inter
Boulin, Jean-Luc. « Office de tourisme et habitants : la mariage heureux ? », etourisme.info, 4 avril 2022.
Lehalle, Evelyne. « Tiers-Lieux et Tourisme », Nouveau Tourisme Culturel, 2021.
Movilab. https://movilab.org/wiki/Accueil

Image à la une : La Procure, espace de cotravail à Maison Mère. Source : https://maisonmere.ca/laprocure/

AUTRES ARTICLES

Quand 2 entreprises se rencontrent pour échanger sur leurs défis partagés

Et comment utiliser la méthode du forum ouvert pour le faire.

LIRE PLUS

Quand le jeu devient un puissant levier vers l’action climatique

Voici la « Fresque du climat », LE jeu de cartes qui fait baisser la pression et fait monter l’envie d’agir.

LIRE PLUS

Consulter les résidents, un incontournable aujourd’hui !

TouriScope réalise de plus en plus d’enquêtes auprès des résidents d’un territoire pour ses clients.

LIRE PLUS