15
08/2020
AUTHOR
Caroline Asselin
IDEAS

Les intentions de voyage 2020 des résidents des Maritimes

Read IN FRENCH

TouriScope a réalisé un sondage en ligne à la mi-juillet, dans le cadre d'une collaboration avec Expérience Acadie et partage ses résultats afin d'aider les acteurs touristiques des Maritimes dans leur planification.

Deux résidents des Maritimes sur trois ont l’intention de voyager pour le plaisir dans les deux prochains mois. Ils partiront en moyenne deux à trois fois pour des séjours d’une à cinq nuits. Et ce, malgré que huit personnes sur dix soient préoccupées par la situation de la COVID-19 dans leur province.  

C’est ce que nous révèle un sondage en ligne réalisé par TouriScope du 20 au 26 juillet dernier auprès de 200 résidents de la Nouvelle-Écosse (59 %), du Nouveau-Brunswick (24 %) et de l’Île-du-Prince-Édouard (17 %) pour le bénéfice d’Expérience Acadie. 

2020 une année à part : impacts de la pandémie sur les intentions de voyages 

Sans surprise, la pandémie de COVID-19 a un impact sur les projets de vacances des répondants. Dans les graphiques qui suivent, on devine que le contexte en constante évolution, notamment les mesures sanitaires et la fermeture de frontières, cause de l’incertitude autant pour la décision de prendre des vacances que le moment de partir et la destination choisie. Notons que moins de 15 % des gens font état de contraintes financières affectant leurs projets de vacances.
Une majorité (63 %) prévoit tout de même partir au moins une nuit d’ici la fin septembre. Ils effectueront en moyenne deux à trois séjours. Plus du tiers des voyageurs souhaitent partir cet automne ou cet hiver. Quant à l’an prochain, une majorité attend que la crise se stabilise pour planifier des vacances (39 %) ou n’a aucune idée à quoi ressembleront leurs plans (32 %). Seulement 20 % sont certains de vouloir voyager en 2021.


Les résidents des Maritimes ont aussi été questionnés sur leur intérêt à visiter les différentes destinations acadiennes d’ici la fin de septembre 2020. Le Cap-Breton et le Sud-Ouest de la Nouvelle-Écosse attirent de nombreux voyageurs (respectivement 28 % et 20 %). Soulignons toutefois que les résidents de cette province comptaient pour 59 % de l’échantillon. L’Île-du-Prince-Édouard est en 2e place des intentions de voyage avec 25 % des sondés.

À quoi ressemblera leur séjour ?

Seuls les répondants ayant l’intention d’effectuer au moins un séjour d’ici septembre ont répondu aux questions suivantes. Le budget pour le séjour le plus long varie grandement. La moyenne est de 851 $ par séjour. 


Les moyens de déplacement privilégiés sont l’automobile (93 %), l’avion (10 %), le bus et le train (9 %), le véhicule récréatif (4 %) et le vélo (2 %). 

Les préférences des sondés en matière d’hébergement sont plus partagées. L’hôtel est le choix le plus populaire (43 %), tandis que le camping arrive en 2e place. Bien que 30 % des répondants considèrent les établissements d’hébergement comme des lieux à éviter à cause de la pandémie, 78 % d’entre eux devraient séjourner en hôtel, motel et autres formes d’hébergement traditionnel (gîtes, auberges, B&B).

À noter également que 30 % des répondants visiteront des amis ou la famille et que 20 % en profiteront pour y passer la nuit. D’où l’importance d’attirer cette clientèle qui a ensuite le potentiel d’agir en tant qu’ambassadeur pour votre destination ou votre établissement auprès de leurs proches en visite.

Pour leur plus long séjour, les résidents des Maritimes voyageront en couple (43 %), en famille avec (26 %) ou sans enfants (10 %), seuls (13 %) ou en groupe (8 %). 


Les parcs nationaux (53 %), la randonnée pédestre (39 %), le vélo (22 %) et l’observation de la faune (22 %) seront les activités les plus populaires. 


Près de la moitié des voyageurs mangeront au restaurant (48 %), mais autant indiquent vouloir éviter les salles intérieures en raison de la pandémie. Ils éviteront aussi les plages achalandées (67 %) et les activités de groupe (58 %). 


Pour conclure

Nous retenons donc que malgré l’incertitude causée par la pandémie, une proportion encourageante de résidents des Maritimes devrait réaliser un séjour pour le plaisir dans les prochains mois.

En tant que gestionnaire d’une entreprise ou d’un organisme de promotion d’une destination, il est essentiel d’adapter vos communications et votre offre à la clientèle plus locale puisque les gens feront des voyages plus courts et plus près de la maison. Si vous y parvenez, ces derniers agiront ensuite comme vos ambassadeurs auprès de leurs proches en visite. N’hésitez pas à parler des activités à proximité, puisque vos visiteurs potentiels s’y intéressent. 

Gardez en tête que les besoins et attitudes des voyageurs seront fortement affectés par le contexte de la pandémie pour l’année à venir. Il est important de chercher un équilibre entre le fait de promouvoir le tourisme sans pour autant négliger la sécurité des visiteurs et des communautés d’accueil. 

Article rédigé dans le cadre d'une collaboration avec Expérience Acadie.

Source image à la une: Unsplash

Other Insights

3 strategies to raise awareness of your sustainable practices and offers

Travellers are adopting increasingly green behaviour and expect similar changes from tourism businesses.

READ MORE

The Rise of Authentic Experiences

This summary presents managerial-type information about the Authentic Experiencer. It was designed as a practical tool dedicated to Quebec tourism managers.

READ MORE

The ABC of a seduction operation with residents

Staycation, or “locatourism”, does not date from the pandemic, but is a trend that has been growing in importance for several years. 

READ MORE
15
08/2020
AUTEUR
Caroline Asselin
ÉCLAIREZ VOS IDÉES

Les intentions de voyage 2020 des résidents des Maritimes

Read IN ENGLISH

TouriScope a réalisé un sondage en ligne à la mi-juillet, dans le cadre d'une collaboration avec Expérience Acadie et partage ses résultats afin d'aider les acteurs touristiques des Maritimes dans leur planification.

Deux résidents des Maritimes sur trois ont l’intention de voyager pour le plaisir dans les deux prochains mois. Ils partiront en moyenne deux à trois fois pour des séjours d’une à cinq nuits. Et ce, malgré que huit personnes sur dix soient préoccupées par la situation de la COVID-19 dans leur province.  

C’est ce que nous révèle un sondage en ligne réalisé par TouriScope du 20 au 26 juillet dernier auprès de 200 résidents de la Nouvelle-Écosse (59 %), du Nouveau-Brunswick (24 %) et de l’Île-du-Prince-Édouard (17 %) pour le bénéfice d’Expérience Acadie. 

2020 une année à part : impacts de la pandémie sur les intentions de voyages 

Sans surprise, la pandémie de COVID-19 a un impact sur les projets de vacances des répondants. Dans les graphiques qui suivent, on devine que le contexte en constante évolution, notamment les mesures sanitaires et la fermeture de frontières, cause de l’incertitude autant pour la décision de prendre des vacances que le moment de partir et la destination choisie. Notons que moins de 15 % des gens font état de contraintes financières affectant leurs projets de vacances.
Une majorité (63 %) prévoit tout de même partir au moins une nuit d’ici la fin septembre. Ils effectueront en moyenne deux à trois séjours. Plus du tiers des voyageurs souhaitent partir cet automne ou cet hiver. Quant à l’an prochain, une majorité attend que la crise se stabilise pour planifier des vacances (39 %) ou n’a aucune idée à quoi ressembleront leurs plans (32 %). Seulement 20 % sont certains de vouloir voyager en 2021.


Les résidents des Maritimes ont aussi été questionnés sur leur intérêt à visiter les différentes destinations acadiennes d’ici la fin de septembre 2020. Le Cap-Breton et le Sud-Ouest de la Nouvelle-Écosse attirent de nombreux voyageurs (respectivement 28 % et 20 %). Soulignons toutefois que les résidents de cette province comptaient pour 59 % de l’échantillon. L’Île-du-Prince-Édouard est en 2e place des intentions de voyage avec 25 % des sondés.

À quoi ressemblera leur séjour ?

Seuls les répondants ayant l’intention d’effectuer au moins un séjour d’ici septembre ont répondu aux questions suivantes. Le budget pour le séjour le plus long varie grandement. La moyenne est de 851 $ par séjour. 


Les moyens de déplacement privilégiés sont l’automobile (93 %), l’avion (10 %), le bus et le train (9 %), le véhicule récréatif (4 %) et le vélo (2 %). 

Les préférences des sondés en matière d’hébergement sont plus partagées. L’hôtel est le choix le plus populaire (43 %), tandis que le camping arrive en 2e place. Bien que 30 % des répondants considèrent les établissements d’hébergement comme des lieux à éviter à cause de la pandémie, 78 % d’entre eux devraient séjourner en hôtel, motel et autres formes d’hébergement traditionnel (gîtes, auberges, B&B).

À noter également que 30 % des répondants visiteront des amis ou la famille et que 20 % en profiteront pour y passer la nuit. D’où l’importance d’attirer cette clientèle qui a ensuite le potentiel d’agir en tant qu’ambassadeur pour votre destination ou votre établissement auprès de leurs proches en visite.

Pour leur plus long séjour, les résidents des Maritimes voyageront en couple (43 %), en famille avec (26 %) ou sans enfants (10 %), seuls (13 %) ou en groupe (8 %). 


Les parcs nationaux (53 %), la randonnée pédestre (39 %), le vélo (22 %) et l’observation de la faune (22 %) seront les activités les plus populaires. 


Près de la moitié des voyageurs mangeront au restaurant (48 %), mais autant indiquent vouloir éviter les salles intérieures en raison de la pandémie. Ils éviteront aussi les plages achalandées (67 %) et les activités de groupe (58 %). 


Pour conclure

Nous retenons donc que malgré l’incertitude causée par la pandémie, une proportion encourageante de résidents des Maritimes devrait réaliser un séjour pour le plaisir dans les prochains mois.

En tant que gestionnaire d’une entreprise ou d’un organisme de promotion d’une destination, il est essentiel d’adapter vos communications et votre offre à la clientèle plus locale puisque les gens feront des voyages plus courts et plus près de la maison. Si vous y parvenez, ces derniers agiront ensuite comme vos ambassadeurs auprès de leurs proches en visite. N’hésitez pas à parler des activités à proximité, puisque vos visiteurs potentiels s’y intéressent. 

Gardez en tête que les besoins et attitudes des voyageurs seront fortement affectés par le contexte de la pandémie pour l’année à venir. Il est important de chercher un équilibre entre le fait de promouvoir le tourisme sans pour autant négliger la sécurité des visiteurs et des communautés d’accueil. 

Article rédigé dans le cadre d'une collaboration avec Expérience Acadie.

Source image à la une: Unsplash

AUTRES ARTICLES

Pandémie et tourisme durable: pourquoi et comment faire évoluer votre organisation en 5 étapes

Le consommateur de 2020 est informé et exigeant. Il s’attend à ce que les entreprises agissent selon ses valeurs personnelles.

LIRE PLUS

6 conseils marketing simples pour rebondir en temps de pandémie

Voici 6 conseils marketing pour se préparer à une saison touristique hivernale inédite et à l’année 2021, où nos habitudes seront probablement encore chamboulées.

LIRE PLUS

L’ABC d’une opération séduction auprès des résidents

Le staycation, ou locatourisme, ne date pas de la pandémie, mais constitue une tendance qui gagne en importance depuis plusieurs années.

LIRE PLUS